Le secret des fleurs invisibles: Darwin avait raison

UdeM Nouvelle consacre un article à une importante étude récemment publiée par Simon Joly de l’IRBV et Daniel Schoen de l’Université McGill dans Current Biology.

Certaines espèce qualifiées de cléistogames produisent à la fois des feuilles superbes dans le but d’attirer les insectes polinisateurs et d’autres appelées avortons qui ont la capacité de se polliniser elles-mêmes. L’article valide une hypothèse de Darwin datant de 150 ans supposant que l’autopollinisation chez ces dernières serait fortement associée aux fleurs bilatéralement symétriques. Pour vérifier cette hypothèse, Simon Joly et Daniel Schoen ont étudié plus de 2500 espèces de plantes à fleurs.

Lire l’article d’UdeM Nouvelles ici.