Nouveau directeur de l’informatique au Centre sur la biodiversité

David Shorthouse arrive au Centre sur la biodiversité en tant que directeur de l’informatique pour le projet Canadensys. Il a obtenu une maîtrise de l’Université Laurentienne à Sudbury en Ontario où il a étudié la diversité des araignées terrestre en tant qu’indicateur de l’efficacité de réhabilitation de sites miniers. Il s’est alors découvert une passion pour la diffusion d’information taxonomique sur l’nternet et de manière autodidacte est devenu développeur de bases de données et programmeur Web. Il nous arrive du Marine Biological Laboratory à Woods Hole au Massachusetts où il dirigeait le développement de plusieurs projets en informatique de la biodiversité en lien avec le prestigieux réseau américain, Encyclopedia of Life. David a aussi travaillé comme analyste en informatique pour les projets Global Names et Data Conservancy qui permettent de lier les noms scientifiques des espèces aux noms des chercheurs qui les ont décrites. Dans ses nouvelles fonctions au Centre sur la biodiversité, il coordonnera la mise en réseau des données des collections biologiques pour les rendre accessibles à tous par l’intermédiaire du Web.

David remplace Peter Desmet qui a occupé le même poste de 2008 à 2012. Durant ces années, Peter à mis sur pied le réseau Canadensys, un travail colossal. Il a entièrement conçu et développé l’architecture du réseau et du portail Canadensys qui inclut une liste validée et documentée de toutes les plantes vasculaires du Canada (VASCAN). En plus de son travail d’informaticien, Peter a créé des liens entre les membres du réseau et organisé plusieurs ateliers. Avec son équipe, il a développé l’explorateur Canadensys qui permet de chercher, de trier et de télécharger les données servies par Canadensys, et de les visualiser sur des cartes interactives. Peter est maintenant de retour en Belgique où il occupe le poste de coordonateur du projet LifeWatch de l’organisme Research Institute for Nature and Forest.

25 000 visiteurs pour les chercheurs de l’IRBV!

Depuis juin 2012, plus de 25 000 personnes ont visité l’exposition 1000 jours pour la planète à la salle André-Bouchard du Centre sur la biodiversité de l’Université de Montréal. En visionnant les vidéos présentées dans la zone Espace chercheurs de l’exposition, les visiteurs ont pu prendre connaissance des travaux de différents chercheurs dont quatre de l’IRBV, soit Alain Cogliastro, Alain Cuerrier, Jacques Brisson et Mohamed Hijri. Dans une mise en scène originale, chaque vidéo permet de découvrir le parcours et la passion de ces chercheurs et met en évidence les efforts que chacun consacre à la sauvegarde de la biodiversité. Inaugurée le 22 juin 2012, l’exposition 1000 jours pour la planète sera à l’affiche jusqu’en 2015. Une occasion unique de suivre le périple qu’effectuent Jean Lemire et l’équipage du voilier Sedna IV autour de la Terre dans le but de faire découvrir la biodiversité de la planète. Au cours des deux prochaines années, l’exposition présentera les travaux d’autres chercheurs de l’IRBV.
Photo: présentation des travaux d’Alain Cogliastro, photographie de Barry Russell

Nymphéas de Michel Saulnier

C’est le 9 octobre 2012 qu’a eu lieu l’inauguration de l’œuvre d’art du Centre sur la biodiversité, Nymphéas, en présence du concepteur de l’œuvre, l’artiste Michel Saulnier, et de Gérard Boismenu, doyen de la Faculté des arts et sciences de l’Université de Montréal, d’Anne Bruneau, directrice de l’IRBV et directrice scientifique du Centre sur la biodiversité, et de Gilles Vincent, directeur du Jardin botanique. L’œuvre est installée dans la cour intérieure du Centre sur la biodiversité. L’artiste Michel Saulnier présente sur le blogue de son site internet sa vision de l’œuvre et des détails de sa réalisation (http://www.michelsaulnier.com/blogue/?p=216).

Joachim Vieth (1925-2012)

Membre-chercheur honoraire de l’Institut de recherche en biologie végétale

Professeur honoraire au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal

C’est avec regret que nous avons appris le décès récent du professeur Joachim Vieth (1925-2012), l’un des membres fondateurs de l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV).

Le professeur Vieth est né en Allemagne où il a poursuivi ses études jusqu’à l’obtention d’un doctorat (Dr. rer. nat., 1957) en sciences naturelles à l’Université Saarbrücken. Par après, il a continué ses études à l’Université de Dijon (France) où il a obtenu un doctorat d’état en botanique (1965).

C’est en 1967 qu’il a été engagé comme professeur agrégé au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal, pour enseigner la botanique. Il sera nommé professeur titulaire en 1977. Dès son arrivée à l’Université de Montréal, voyant le potentiel scientifique que représente la proximité d’un jardin botanique, il s’est installé à l’Institut botanique, qui deviendra plus tard l’IRBV, pour développer son programme de recherche sur la morphologie et le développement des végétaux et encadrer des étudiants de deuxième et de troisième cycles. Parmi les cours qu’il a donnés tout au long de sa carrière de professeur, les étudiants se souviendront certainement de son cours d’anatomie végétale qui jouissait d’une grande réputation dans tout le Québec.

Durant la première partie de sa carrière de chercheur, Joachim Vieth et ses étudiants des cycles supérieurs se sont surtout intéressés à la morphologie comparée de structures végétales soumises à divers traitement chimiques. Par après, il s’est orienté vers l’étude morphogénétique des plantes cultivées in vitro. Ceci l’amène alors à créer, dans les années 80, le laboratoire de culture in vitro qui, encore aujourd’hui, joue un rôle important en recherche et en enseignement à l’IRBV.

Durant les années 70 et 80, le professeur Vieth a grandement contribué au développement des activités scientifiques et à la formation d’étudiants à l’Institut botanique. Bien qu’il ait pris sa retraite officielle en 1992, il a tout de même continué à venir régulièrement à l’IRBV, pendant près de 15 ans, pour poursuivre ses recherches sur la morphologie florale.

Joachim Vieth était profondément attaché à l’IRBV, une institution à laquelle il croyait énormément. D’ailleurs, ces dernières années, il s’informait régulièrement de ses collègues et se réjouissait de leurs succès. Je crois que tous ceux et celles qui l’ont côtoyé, à différents titres, à l’IRBV, ou au Département de sciences biologiques, garderont de lui le souvenir d’un homme généreux, d’un professeur ouvert et exigeant et d’un chercheur passionné et rigoureux.

Denis Barabé,
Professeur associé au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal
Membre-chercheur fondateur et membre chercheur associé de l’IRBV

Inauguration de la salle André-Bouchard

Le 12 juin dernier la salle d’exposition du Centre sur la biodiversité a été officiellement renommée Salle André-Bouchard en présence de la famille d’André Bouchard et de différentes personnalités, dont Gérald Tremblay, maire de Montréal, Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal et Gilles Vincent, directeur du Jardin botanique de Montréal. À cette occasion, une stèle a été dévoilée en l’honneur de celui qui a grandement contribué au développement du Jardin botanique de Montréal et de l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV). Chercheur en écologie de renommée internationale et grand communicateur, M. Bouchard a formé de nombreux chercheurs et a contribué grandement au rayonnement du Jardin botanique. Un article de M. Gilles Vincent paru dans la revue Quatre-Temps retrace le parcours de ce grand scientifique disparu prématurément le 4 mars 2010.

Conférence TEDx de Mohamed Hijri sur le phosphore

En mars 2012, l’Université de Montréal organisait sa première conférence TEDx. Quinze personnalités montréalaises, dont Mohamed Hijri de l’IRBV, étaient invitées à présenter leurs idées et leurs projets en moins de 18 minutes. Mohamed Hijri a utilisé ce temps privilégié, les conférences étant partagées dans le monde entier sur le Web, pour informer l’auditoire d’une situation méconnue du public qu’il appelle la crise du phosphore. Pour en savoir plus sur l’utilisation irresponsable du phosphore en agriculture et sur comment les mycorhizes pourraient solutionner la crise du phosphore: http://www.youtube.com/watch?v=gL-iLzh0SqI

+ Centre sur la biodiversité