Joachim Vieth (1925-2012)

Membre-chercheur honoraire de l’Institut de recherche en biologie végétale

Professeur honoraire au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal

C’est avec regret que nous avons appris le décès récent du professeur Joachim Vieth (1925-2012), l’un des membres fondateurs de l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV).

Le professeur Vieth est né en Allemagne où il a poursuivi ses études jusqu’à l’obtention d’un doctorat (Dr. rer. nat., 1957) en sciences naturelles à l’Université Saarbrücken. Par après, il a continué ses études à l’Université de Dijon (France) où il a obtenu un doctorat d’état en botanique (1965).

C’est en 1967 qu’il a été engagé comme professeur agrégé au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal, pour enseigner la botanique. Il sera nommé professeur titulaire en 1977. Dès son arrivée à l’Université de Montréal, voyant le potentiel scientifique que représente la proximité d’un jardin botanique, il s’est installé à l’Institut botanique, qui deviendra plus tard l’IRBV, pour développer son programme de recherche sur la morphologie et le développement des végétaux et encadrer des étudiants de deuxième et de troisième cycles. Parmi les cours qu’il a donnés tout au long de sa carrière de professeur, les étudiants se souviendront certainement de son cours d’anatomie végétale qui jouissait d’une grande réputation dans tout le Québec.

Durant la première partie de sa carrière de chercheur, Joachim Vieth et ses étudiants des cycles supérieurs se sont surtout intéressés à la morphologie comparée de structures végétales soumises à divers traitement chimiques. Par après, il s’est orienté vers l’étude morphogénétique des plantes cultivées in vitro. Ceci l’amène alors à créer, dans les années 80, le laboratoire de culture in vitro qui, encore aujourd’hui, joue un rôle important en recherche et en enseignement à l’IRBV.

Durant les années 70 et 80, le professeur Vieth a grandement contribué au développement des activités scientifiques et à la formation d’étudiants à l’Institut botanique. Bien qu’il ait pris sa retraite officielle en 1992, il a tout de même continué à venir régulièrement à l’IRBV, pendant près de 15 ans, pour poursuivre ses recherches sur la morphologie florale.

Joachim Vieth était profondément attaché à l’IRBV, une institution à laquelle il croyait énormément. D’ailleurs, ces dernières années, il s’informait régulièrement de ses collègues et se réjouissait de leurs succès. Je crois que tous ceux et celles qui l’ont côtoyé, à différents titres, à l’IRBV, ou au Département de sciences biologiques, garderont de lui le souvenir d’un homme généreux, d’un professeur ouvert et exigeant et d’un chercheur passionné et rigoureux.

Denis Barabé,
Professeur associé au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal
Membre-chercheur fondateur et membre chercheur associé de l’IRBV

Inauguration de la salle André-Bouchard

Le 12 juin dernier la salle d’exposition du Centre sur la biodiversité a été officiellement renommée Salle André-Bouchard en présence de la famille d’André Bouchard et de différentes personnalités, dont Gérald Tremblay, maire de Montréal, Guy Breton, recteur de l’Université de Montréal et Gilles Vincent, directeur du Jardin botanique de Montréal. À cette occasion, une stèle a été dévoilée en l’honneur de celui qui a grandement contribué au développement du Jardin botanique de Montréal et de l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV). Chercheur en écologie de renommée internationale et grand communicateur, M. Bouchard a formé de nombreux chercheurs et a contribué grandement au rayonnement du Jardin botanique. Un article de M. Gilles Vincent paru dans la revue Quatre-Temps retrace le parcours de ce grand scientifique disparu prématurément le 4 mars 2010.

Conférence TEDx de Mohamed Hijri sur le phosphore

En mars 2012, l’Université de Montréal organisait sa première conférence TEDx. Quinze personnalités montréalaises, dont Mohamed Hijri de l’IRBV, étaient invitées à présenter leurs idées et leurs projets en moins de 18 minutes. Mohamed Hijri a utilisé ce temps privilégié, les conférences étant partagées dans le monde entier sur le Web, pour informer l’auditoire d’une situation méconnue du public qu’il appelle la crise du phosphore. Pour en savoir plus sur l’utilisation irresponsable du phosphore en agriculture et sur comment les mycorhizes pourraient solutionner la crise du phosphore: http://www.youtube.com/watch?v=gL-iLzh0SqI

Lancement de l’explorateur Canadensys

L’IRBV est heureux d’annoncer le lancement de la version bêta de l’explorateur Canadensys. Cet outil permet d’explorer, filtrer, visualiser et télécharger tous les spécimens publiés dans Canadensys, un réseau pancanadien géré par le Centre sur la biodiversité de l’Université de Montréal et dont la mission est de rendre accessible à tous l’information contenue dans les collections biologiques (http://www.canadensys.net/).

L’explorateur regroupe à l’heure actuelle neuf collections, correspondant à plus d’un demi-million de spécimens, et d’autres collections seront intégrés prochainement. Tous les jeux de données individuels sont disponibles dans le dépôt Canadensys ainsi que dans le portail du Système Mondial d’Information sur la Biodiversité (GBIF).

Franc succès pour le 6e Colloque annuel de la Société québécoise de phytotechnologie

Le 6e Colloque annuel de la Société québécoise de phytotechnologie (SQP) s’est tenu le 31 mai dernier à l’auditorium Henry-Teuscher du Jardin botanique de Montréal. Près de 240 participants issus des milieux privés, universitaires et gouvernementaux (un record d’assistance pour le Colloque de la SQP) se sont réunis sous le thème des « toits et murs verts ». La présence de conférenciers de renommée internationale comme Nigel Dunnet (University of Sheffield) et Daniel Roehr (University of British Columbia) a suscité un vif intérêt chez les participants. Étudiante au doctorat au laboratoire de Jacques Brisson et récipiendaire de la bourse de recherche 2011 de la SQP, Mariana Rodriguez (photo) a présenté une conférence sur la diversité végétale et les marais filtrants. Parmi les membres de l’IRBV qui ont contribué à l’organisation du colloque, mentionnons Jacques Brisson (président de la SQP), Patrick Boivin (secrétaire de la SQP), Michel Labrecque, ainsi que plusieurs étudiants et bénévoles.

Quand le bonheur des uns fait le malheur des autres: histoire du thé

C’est le 18 mai dernier, à l’auditorium du Jardin botanique de Montréal, qu’a eu lieu la première de la plus récente conférence du professeur Mario Cappadocia sur les plantes/aliments qui ont marqué l’humanité. Après la pomme de terre, le cacao, le sucre, le café, c’est le thé, la boisson la plus consommée au monde après l’eau, qui était à l’honneur cette année.

Conférencier aguerri et grand passionné d’histoire et d’art, le chercheur en génétique de l’IRBV a montré comment l’intérêt de l’Europe, et tout particulièrement de l’Angleterre, pour la nice cup of tea a eu des conséquences catastrophiques pour la Chine, pays d’où le théier est originaire.

Après la conférence, les auditeurs ont été invités à déguster des desserts et des boissons à base thé préparés par les chercheurs et les étudiants de l’IRBV. Les dons amassés lors de cette dégustation ont été versés au Fonds de bourse Marie-Victorin, qui à chaque année décerne une bourse d’excellence à un étudiant inscrit au doctorat à l‘IRBV.

Cette conférence sera reprise, dans sa version longue (4 heures), les 19 et 26 novembre prochains dans le cadre des Belles soirées de l’Université de Montréal (confirmation de l’horaire à venir sur le site des Belles soirées http://www.bellessoirees.umontreal.ca/)

L’IRBV reçoit un don de 300 000 $ du CEMRS

Les membres du conseil d’administration du Centre d’excellence de Montréal en réhabilitation de sites (CEMRS) ont tenu leur dernière assemblée à l’IRBV le 25 mai dernier. Lors de cette assemblée, le CEMRS a signé un acte de donation de plus de 300 000$ avec l’IRBV. Faisant suite à la décision prise en décembre 2011 de mettre fin à ses activités après 14 ans d’existence, le CEMRS a décidé, en conformité avec ses lettres patentes, de remettre le reliquat de ses biens à l’IRBV, un organisme ayant des objets similaires aux siens. L’IRBV est heureux d’accueillir cette donation et s’engage à poursuivre le mandat d’excellence du CEMRS dans le domaine de la réhabilitation de sites contaminés. Plus particulièrement, cette donation servira de levier pour financer la création de programmes de recherche appliquée dans le domaine des phytotechnologies ou permettra directement de soutenir des initiatives en réhabilitation de sites par des approches de phytoremédiation.

Pour en savoir plus, téléchargez ce communiqué.

Mohamed Hijri lauréat de l’ADRIQ

Le 17 mai 2012 au Marché Bonsecours de Montréal, Mohamed Hijri (quatrième à partir de la gauche sur la photo) et ses partenaires ont été récompensés lors de la 3ième édition de Célébrons le partenariat de l’Association pour le développement de la recherche et de l’innovation du Québec (ADRIQ), un regroupement qui a pour mission de soutenir et de promouvoir l’innovation technologique au Québec. L’IRBV, Biopterre, le Centre de recherche sur les biotechnologies marines et Premier Tech, ont été récompensés pour le projet intitulé: Développement de marqueurs génomiques pour identifier et quantifier les champignons endomycorhiziens dans les inoculants et dans les sols pour les grandes surfaces en agriculture. Les marqueurs moléculaires développés durant le projet pourront permettre une utilisation optimale des mycorhizes dans les grandes cultures et limiter l’utilisation des fertilisants chimiques en agriculture.

Video: http://www.youtube.com/watch?v=yxFvtWM6CQo

Forte présence de l’IRBV à la Corvée du Mont-Royal

Le 6 mai dernier, des étudiants de l’IRBV ont participé bénévolement à la Corvée du Mont-Royal organisée par les Amis de la montagne. L’instigatrice du projet, Alice Roy-Bolduc, les chefs d’équipe Aymeric Yanitch et Edeline Gagnon, et près de trente autres étudiants ont effectué un suivi des plantations faites au cours des dernières années sur le mont Royal. La prise de mesure de croissance et l’évaluation de la survie des jeunes plants permettront d’évaluer le succès des plantations. Par la même occasion, Julie Faucher Delisle et Alessandro Dieni ont tenu un kiosque de l’IRBV et offert de l’information sur la lutte biologique. Depuis 21 ans, les bénévoles réunis lors de la Corvée du Mont-Royal (plus de 600 cette année) contribuent à la conservation du mont Royal en ramassant des déchets, en plantant des arbres, en effectuant un suivi des plantations et en éliminant les plantes exotiques envahissantes.

+ Centre sur la biodiversité