Biodiversité et niches écologiques de la végétation vasculaire des tourbières

Pellerin tourbière

La végétation des tourbières du Québec a été étudiée par plusieurs chercheurs. Cependant, les relevés de végétation issus de ces travaux n’ont jamais fait l’objet d’une analyse globale de la diversité végétale à l’échelle de la province. De plus, il n’existe aucune référence publiée présentant des indices de diversité végétale des différents types de tourbières sur notre territoire. Dans un contexte où la perte de milieux humides s’accélère depuis plusieurs décennies, il importe de connaître l’apport des tourbières à la diversité régionale et l’importance relative de chaque type de tourbières. L’utilisation des bases de données existantes sur la végétation des tourbières peut également servir à mieux définir les niches écologiques des espèces végétales caractéristiques de tourbières occupant le territoire québécois de même que les liens entre diversité et perturbations. Mieux connaître les niches écologiques des plantes vasculaires des tourbières en territoire québécois permettrait de mieux cibler les efforts de restauration. Les niches écologiques en milieu naturel pourraient en effet servir de point de référence pour fixer les conditions d’introduction de certaines espèces cibles en restauration des tourbières, un domaine de recherche très actif au Québec. Ce projet vise donc à réaliser une méta-analyse des bases de données de diversité végétale des tourbières, qui ont été développées par plusieurs chercheurs au Québec.

Financement: Centre des Sciences de la Biodiversité
Collaborateurs: Monique Poulin (U. Laval), Claude Lavoie (U. Laval)

Professionnel de recherche: Benjamin Lelong

+ Centre sur la biodiversité