Relations milieux humides – eaux souterraines

Les tourbières, en plus d’être importantes pour le maintien de la biodiversité régionale, peuvent contribuer au maintien des niveaux des aquifères par des échanges constants d’eau souterraine avec l’aquifère voisin. Ces flux d’eau entre aquifère et tourbière ont toutefois été très peu étudiés ce qui rend difficile les interventions de gestion visant la conservation et le développement des tourbières et des aquifères voisins. Cette problématique est majeure dans le sud du Québec où les tourbières sont souvent très perturbées ou subissent des pressions croissantes de l’agriculture et du développement urbain.

Le but de ce projet est de mettre en lumière des indicateurs biologiques des types d’échanges aquifère-tourbière dans deux contextes géomorphologiques du Québec méridional : le bassin de la rivière Bécancour et dans les zones tourbeuses associées aux eskers dans la région de l’Abitibi Témiscamingue. Les travaux s’inscrivent dans le cadre d’un projet multidisciplinaire sur les interactions aquifère-tourbière et seront réalisés en collaboration avec des hydrogéologues, des géochimistes, des géologues et des géomorphologues.

Financement: FQRNT, MDDEP
Collaborateurs: Marie Larocque (UQÀM), Daniele Pinti (UQÀM), Vincent Cloutier (UQAT), Miroslav Nastev (Commission géologique du Canada), Claudio Paniconi (INRS)

Étudiants : Julie Munger (M.Sc.)

Pellerin eaux souterraines

+ Centre sur la biodiversité