Aspects moléculaires de l’embryogenèse et du développement chez les végétaux

Matton embryogénèse

On estime à plus de 4000 le nombre de gènes spécifiquement exprimés lors de l’embryogenèse. De ces gènes, nous nous intéressons particulièrement à ceux qui contrôlent ou influencent directement les processus fondamentaux de différentiation cellulaire. Ces gènes maîtres sont généralement faiblement exprimés et donc plus difficile à isoler. L’approche classique pour caractériser ces gènes maîtres implique le criblage de plants mutants (mutagenèse chimique ou par insertion), mais on estime à environ 500 le nombre de gènes où une mutation résulte en un phénotype aisément identifiable. De façon à isoler de nouveaux gènes impliqués dans le développement lors de l’embryogenèse nous utilisons des approches alternatives basées sur l’expression différentielle des gènes, soit l’hybridation soustractive, la représentation différentielle des ARNm et la soustraction virtuelle. Le rôle de ces gènes est ensuite déterminé par leur sur- ou sous-expression dans des plants transgéniques. De plus, nous utilisons une approche de génomique fonctionnelle (voir images ci-dessous) basée sur la production et l’analyse de micro-alignement d’ADNc (cDNA microarray) pour déterminer, parmi ces gènes, lesquels sont exprimés lors du développement embryonnaire ou suite à une mutation introduite dans la plante.

Matton programme génomique

Matton génomique transgénique

+ Centre sur la biodiversité